Où jeter ses équipements électroniques (D3E) à Nantes ?

Le lecteur de DVD familial vient de rendre l’âme. Acheté d’occasion à un ami  il y a 9 ans, il nous faut à présent trouver un moyen de continuer à le faire vivre  en permettant sa réparation ou la récupération de ses composants.

Les déchets d’équipements électriques et électroniques ou «D3E » contiennent en effet des composants polluants ou précieux (cadmium, chrome, fluides frigorigènes, tubes cathodiques, etc.) La collecte de ces déchets concerne l’électroménager, le matériel audiovisuel et informatique.  Désormais, les distributeurs (grandes surfaces, magasins spécialisés…) ont l’obligation de reprendre les anciens appareils lors de l’achat de tout appareil neuf équivalent.

Notre problème c’est que l’on achète pas neuf.

L’association ALIS 44, spécialiste de la récupération et du réemploi, ne s’intéresse qu’aux ordinateurs.

Du côté des collectivités, celles-ci ont uniquement pour obligation d’informer les particuliers sur les moyens de collecte et de recyclage de ces déchets. A Nantes, coup de chance, une collecte sélective des D3E à été mise en place. Les matériels déposés dans les déchèteries de Nantes Métropole sont récupérés par l’entreprise d’insertion Envie 44.

Au centre ville de Nantes, la déchèterie se trouve près de la Place Viarme, en face du cimetière de la Miséricorde :

Décheterie  de Viarmes

Rue du Bourget – Tél. : 02 51 82 31 47  Ouvert du lundi au samedi de 10h à 18h et le dimanche de 8h30 à 12h sans interruption


La cueillette aux champignons

Samedi matin. Beau temps d’automne, les magasins ne sont pas encore ouverts et on peut se demander si une autre journée shopping ne va pas définitivement finir par vous achever.

Mais que faire d’autre ?

L’automne, comme dit la chanson, c’est le bon moment pour aller cueillir des champignons. Se laisser tenter par une balade en forêts, en pleine Nature, pour trouver ce que vous ne trouverez jamais rue du Calvaire : le  calme, le grand air, les arbres, l’odeur de l’humus et des feuilles en décomposition.

Pour cela, il convient de dégoter une paire de bottes, un panier et de filer droit vers l’une des belles forêts de la région nantaise, au gâvre par exemple.

Une occasion de re découvrir la nature, et de retrouver une certaine maîtrise du terrain. Comme des Indiens : la cueillette sauvage, selon Jared Diamond, marque le fossé entre la société humaine traditionnelle et l’avènement de la société moderne. En gros, prélever soit même la nourriture dans la Nature relève, pour l’homme moderne, d’un véritable défi…

Si vous n’y connaissez rien en forêt ou en champignons, vous pouvez profitez du programme des sorties de l’AMO, qui, en cette saison, vous donne rendez-vous en forêt tous les week-end. En plus, le contenu de votre panier pourra être examiné avant de rentrer à la maison.

BOLETUS_EDULIS