Made in Nantes : la bière du Bouffay

Il est désormais loin le temps où la grande brasserie de la Meuse à Nantes abreuvait ses habitants (à hauteur de 200 000 hectolitres par an) directement de la cuve aux chopines. Quoi de plus naturel, à l’époque, que de consommer un breuvage fabriqué dans le quartier pour soutenir l’économie locale tout en limitant l’utilisation du transport de marchandises(depuis la Belgique…) La brasserie du Bouffay à côté de Nantes (Carquefou) produit 3500 hectolitres par an de bière du Bouffay. Vous la trouverez dans certains bars de Nantes. Mais il y a aussi d’autres bières produites dans la région, en Bretagne notamment, qui arrivent jusqu’ici. Voici quelques uns des endroits où l’on peut boire local, avec modération…

Le Cercle Rouge

27, Rue des Carmes

Bière du Bouffay

Tavarn Torr E Benn

1, Rue Rameau

Bière Coreff

Chez Lulu

1, Place Bouffay

Bière du Bouffay

Les Fées Maison

3, Rue Pré Nian
Bière du Bouffay et Mélusine

La Maison Café

4, Rue Lebrun
Bière de Lancelot

Le Graslin

1 rue racine

Tri Martolod

Café Grimault

25 rue Adolphe-Moitié

Bière du Bouffay

L’ Art Scène

19 rue du Château

Bière du bouffay

Le Labo

19, Rue Léon Blum
Bière du Bouffay

Le Bobard

 

21 rue Léon Blum

Bière du Bouffay

 

Le Masque

9 Allée de l’Erdre

Bière du bouffay

Le Molly Malone

rue de Verdun

Telenn du

Alter café

Hangar à Bananes – Quai des Antilles île de Nantes

Bière du Bouffay

Live Factory – Nantes

Hangar à Bananes – Quai des Antilles île de Nantes

Bière du Bouffay

le Violon dingue

1, Rue Lebrun
Bière du Bouffay

Pannonica

9 rue Basse-Porte

Bière du Bouffay


Site Nantes consommer responsable dot com

Arrivé en début d’année, le site http://nantes.consommer-responsable.com informe le nantais sur la richesse des produits et services responsables disponibles localement sur son territoire pour se nourrir, s’habiller, habiter, se déplacer, se faire beau, partir en vacances ou même aller au resto. Une ressource considérable d’adresses, ne serait ce que pour l’alimentation (plus de 200 références), qui permet de s’y retrouver dans la jungle d’une vie sans grande distribution : les points de vente directe, les marchés, AMAP, épicerie bio, producteurs locaux ont été finement répertoriés et seront vraisemblablement actualisés régulièrement. Le vrai guide du routard de la consommation responsable.

Même si ce n’est pas l’objectif direct du site, les adeptes du compact y trouveront de bonnes références pour consommer local. L’idéal finalement serait un site comme  www.eatlocal.org

Le site Nantes consommer responsable a été réalisé par ARAIS, coopérative nantaise d’études et de conseil.


Mettez vous au vert, vous avez mangé assez de foin

Aujourd’hui commence le régime Compact ! Adieu la Fédération nationale d’achats des cadres et au revoir Ingvar Kamprad Elmtaryd Agunnaryd

Hier soir, à quelques heures du changement d’année, j’ai été plutôt surpris d’entendre l’avis de quelques amis sur le projet. Si pour la famille, c’est forcément encore un nouveau délire d’écolos extrémistes qui se compliquent la vie (pas de voiture, pas de supermarchés etc…), pour certains en revanche, ne pas acheter neuf pendant un an semble ne pas poser trop de problèmes. Se rend on vraiment compte de la difficulté ? – Ok, passez au mode Compact et découvrons ensemble les joies du systèmes D ! Non ce qui semble poser le plus de difficultés à tous est l’idée de se restreindre sur l’avion ou la voiture (le voyage exotique en général). Le voyage ! il y a tant à dire… Mais pour en revenir à la non-consommation, je pense que l’affaire n’est pas simple.  Un  exemple ou deux :  vol de siège bébé sur un vélo il y a 1 mois environ.  Comment faire dans ce cas pour ne pas acheter neuf ?  Et de façon générale, comment réussir à ne pas mettre les pieds dans les grandes surfaces ? (Peut on vraiment se passer de crème chantilly en bombe?). Au premier jour du Compact, je suis de plus en plus persuadé de la difficulté du truc. Fort heureusement, ce constat n’ébranle en rien LA CONVICTION.

Mais un jour à la fois les amis, commençons donc par du concret : s’alimenter. Rdv en prochainement à Talensac pour faire le point sur la consommation locale.

Bonne année Compact, plus que 364 jours !

Romain